La revanche contre la Résistance : le Medef n’en rate pas une,

Publié le par geubeul1

Non content de couvrir les frasques du patronat, le Medef vise plus grand, vise plus haut ; et souhaite par la voix obstruée de le foie gras de Denis Kessler, mettre un terme à la gageure des avancées sociales du conseil de la Résistance.
La figure importante du patronat, Denis Kessler salue la politique de Sarkozy, qui vise à « sortir de 1945 et à défaire méthodiquement le programme du Conseil nationale de la Résistance ».
Dans l'éditorial qu’il a signé dans les colonnes du magazine Challenges sous le titre « Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde »
Nous pouvons lire
« Il s’agit aujourd’hui, écrit-il, de sortir de 1945 et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »
L'
ensemble des réformes économiques et sociales mises en place au moment où la France venait de se libérer de l’occupation nazie et du régime fasciste de Vichy ont été rendues possibles grâce à « un pacte politique entre les gaullistes et les communistes », explique Kessler. Pacte qu’une partie de la droite et de la bourgeoise française n’ont visiblement jamais accepté. 
A l’heure où les Gaullistes ressemblent plus à des fans de sumos fatigués, les Sarkozistes apparaissent semble-t-il , comme les petits fils la bonne morale d’une province ayant fait fortune pour ses cures thermales.
Mais le peuple resté attaché à la République et à la démocratie.
Cela semble être un problème pour Denis Kessler, qui se lamente de constater que « ceux qui s’attaquent à ces institutions d’après-guerre apparaissent sacrilèges ».
Or ces institutions d’après-guerre correspondent tout simplement au rétablissement de la République après quatre années de régime fasciste à la française et d’occupation nazie !
De plus le but du conseil de la résistance fut de mettre en place les garantis institutionnelles pour empêcher le retour à un capitalisme débridé toujours prompt à mettre au pouvoir le premier dictateur venu.*
 
Nicolas Sarkozy avait jeté aux gémonies le mouvement de Mai 68. En 2002, François Fillon avait accusé le Front populaire d’être responsable de la défaite militaire de 1940. Mais la Résistance avait été jusqu’alors épargnée dans les discours. Il est difficile en effet d’honorer Guy Môquet résistant communiste et d’attaquer le programme du CNR….
Denis la fait !
 
 

deniekessler.jpg

* à lire , le mythe de la bonne guerre et le choix de la défaite d’Annie Lacroix-Rize

Publié dans fils2prof

Commenter cet article